Psychothérapie

Santé alternative

Hygiène vitale

Maïwen D. Camus

GRENOBLE


Perdre du poids: mon expérience personnelle

     Après 30 ans de régimes, et 20 ans de psychothérapie, de perte et de reprise de poids, j’ai trouvé une hygiène de vie qui a conduit à une diminution progressive de mon poids : 16 kg en un an et demi : je suis descendue en dessous du poids de mes 18 ans et surtout, je suis en paix avec la nourriture et mon poids est stable depuis 3 ans .


       Depuis je me suis formée et j'ai compris les mécanismes qui produisent ces effets et rencontré d’autres personnes qui suivaient la même démarche et obtenaient les mêmes résultats.

de 80 à 64 KG

Comprendre le surpoids sur le plan physiologique

Le changement commence avec la compréhension de ce qui provoque le stockage des graisses. L’explication « trop de calories » est simpliste ; elle est contredite par les nombreuses personnes qui s’affament littéralement sans perdre de poids. J’ai même réussi à faire un jeune d’une semaine et peser plus à la fin qu’au démarrage. Bien sur, l’excès de nourriture fait partie de l’équation mais il n’est qu’une conséquence de la cause fondamentale qui est souvent à la fois physiologique et psychologique.

 

Pourquoi toutes nos bonnes résolutionsde la nouvelle année, des prochaines vacances sur la plage ou du mariage à venirs’écrasent contre ce que l’on nous a appris à considérer comme des pulsions que nous devrions contrôler ? Nous nous accusons – et souvent notre entourage qui n’a as la même physiologie que nous, également – de manquer de volonté. Et bien j’ai une bonne nouvelle pour vous : c’est FAUX. Ou en tout cas, ce n’est pas la cause de nos craquages. Je parle de craquage parce que j’imagine que, comme moi je le faisais, vous vous dites chaque matin « bon, aujourd’hui je ne mangerai pas de chocolat ou : aujourd’hui je ne boirai pas d’alcool ou : Aujourd’hui je ne mangerai pas en rentrant travail, …… ».

 Nous craquons parce que notre cerveau responsable de la pensée consciente et de nos décisions est court-circuité par notre cerveau reptilien qui prend le contrôle. Pourquoi ? : Parce qu’il y a une urgence et que ce n’est plus le temps de réfléchir. C’est le même mécanisme que lorsque nous nous brulons : ce n’est pas notre cortex qui dirait « je suis en train de me brûler ; voyons ce qu’il serait le plus opportun de faire » ; c’est notre cerveau reptilien qui envoie immédiatement l’impulsion électrique qui va provoquer le mouvement de retrait.

 

Quelle est cette urgence qui nous pousse à manger ce que notre raison nous interdit ? Nous sommes en situation d’urgence vitale.

Pour une cause physiologique: nos tissus sont attaqués par l’acidité produite par notre métabolisme et notre corps réagit en cherchant des graisses pour les entourer. Les acides peuvent être très agressifs : notre anodin jus de citron peut dissoudre du calcaire. Le corps ne peut tolérer  l’acidité ; le sang, par exemple, contient une solution tampon physiologique formée par le couple H2CO3/HCO3 qui maintient le pH sanguin entre 7,35 et 7,45, c'est-à-dire ni acide ni basique.


D'un point de vue psychologique de nombreuses  situations sont analysées comme des urgences vitales nécessitant de prendre du poids ou d'avoir de la graisse : stocker pour faire face un un risque de pénurie, avoir besoin de tenir tête à quelqu'un, se protéger des avances sexuelles.....


D’où vient cette acidité ? La production d’acide est normale et consécutive à notre métabolisme et il est possible de manger des produits acidifiant. Le problème vient de l’excès d’acidité que le corps n’arrive plus à gérer sans produire des désordres. Notre corps dispose de fabuleuses capacités de régulation : par exemple si nous allons dans un endroit froid, le corps va s’ajuster pour produire plus de chaleur ; si le froid augmente trop , les capacités du corps à faire face sans inconvénients vont être dépassées : le sang va se retirer des extrémités pour assurer la survie au risque de condamner un membre au gel et à l’amputation.  De la même façon, le corps va stocker de la graisse au détriment d’un bon fonctionnement des organes mais pour éviter les atteintes immédiates de l’acidité.

 

Pourquoi notre corps est-il débordé dans ses capacités à traiter les acides ? Notre style de vie moderne nous met dans des conditions non physiologiques : sommeil, soleil et activité insuffisants, alimentation non physiologique, relations qui nous épuisent, travail stressant ou frustrant, environnement pollué, consommation de médicaments, sport excessif……  Tous ces éléments concourent à la production d’acides que le corps doit neutraliser.

 

Pourquoi tout le monde n’est-il pas gros ?  Enfermer les acides dans des graisses est une des stratégies. Il y en a d’autres, utilisées en complément ou à la place suivant les personnes :

  •        diluer les acides dans de l’eau : œdèmes.
  •        puiser des éléments alcalins dans les réserves minérales du corps pour neutraliser les acides : déminéralisation

 

CONCLUSION : Nous aurons bon chercher à diminuer nos apports alimentaires, tant que le corps aura besoin de graisse pour assurer sa survie physiologique, nous ne serons pas vainqueurs, en tous cas, pas dans la durée.

Les éléments physiologiques de la perte de poids

La solution consiste à apporter massivement des produits alcalisant et diminuer les produits les plus acidifiants en commençant par ceux qui ont, en outre, d'autres impacts négatifs sur notre santé. Dans mon expérience, le simple fait de rajouter de délicieux jus de légumes frais m’a permis de perdre 5 Kg. Ce n’est que quand j’ai vu les résultats et que j’ai commencé à penser que ces explications reposaient sur une réalité, que j’ai apporté avec plaisir d’autres modifications dans mon alimentation.

Comment je peux vous aider à perdre du poids :

 

La perte ou la prise de poids font appel à des causes aussi bien psychologiques que physiologiques. Ces deux dimensions agissent l'une sur l'autre: notre état psychologique influe sur nos envie de nourriture et inversement ce que nous mangeons influe sur notre état intérieur.

 

Inversement, quand on agit aussi bien sur le plan psychologique que physiologique, l'évolution est plus facile.

 

Tout d'abord je vous invite à regarder la vidéo "perte et prise de poids physiologique" 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je vous propose également un suivi pour:

 

  • vous aider à mettre en place progressivement et sans frustration des changements dans votre vie,
  • vous donner des informations qui vous permettrons de comprendre et de soutenir votre démarche,
  • vous aider à choisir les actions prioritaires,
  • vous aider à éviter les écueils des changements : réactions du corps, peurs,
  • vous soutenir dans les passages difficiles
  • vous donner des informations pratiques: fournisseurs, savoir-faire
  • Faire un travail psychologique quand des éléments de cette nature surgissent : l’excès de poids peut avoir une composante psychologique : par exemple, être gros pour que les partenaires potentiels ne vous regardent pas, avoir suffisamment de poids pour s'imposer.
  • Participer à une journée mono-diète: en savoir plus...